Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles Caisses d'Assurance-Accidents Agricoles >

Message d'erreur

Notice : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/nqka4082/3caaa.fr/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Consolidation, guérison, rechute

A l’issue de la période de soins et, éventuellement, de votre arrêt de travail, votre médecin doit établir un certificat médical final indiquant les conséquences de l’accident :

  • Le certificat médical final de guérison, lorsqu’il y a disparition des lésions ;
  • Le certificat médical final de consolidation, lorsque les lésions se fixent et prennent un caractère permanent, sinon définitif, avec des séquelles entrainant une incapacité permanente. Vous serez alors convoqué par le Médecin-Conseil dans le but de fixer un taux d’incapacité permanent partielle.

QU'EST-CE QU'UNE RECHUTE ?

Après votre guérison ou votre consolidation, une rechute peut entrainer un nouveau traitement médical, et éventuellement un arrêt de travail.

La rechute pour être prise en charge suppose un fait nouveau :

  • Soit une aggravation de la lésion initiale
  • Soit l’apparition d’une lésion nouvelle résultant de votre accident de travail.

En cas de rechute, votre médecin doit établir un certificat médical de rechute indiquant la nature des lésions constatées, et mentionnant la date de l’accident du travail concerné.

Ce certificat médical doit être adressé sous 48 heures maximum à votre C.A.A.A

Indemnisation de la rechute

Si la rechute est prise en charge au titre de l’accident du travail après avis de notre Médecin-Conseil, vous avez droit comme lors de la 1ère période de soins :

  • A une prise en charge à 100 % des soins médicaux nécessaires à votre traitement, sur la base et dans la limite des tarifs conventionnels avec dispense d’avance des frais.
  • Et en cas d’arrêt de travail, à des indemnités journalières calculées sur la base du salaire journalier du mois précédant la rechute, mais ne pouvant pas être inférieures à celles perçues lors de l’arrêt initial.